Veuillez vous identifier pour accéder à la partie privée de ce site :



Qui sommes-nous ?

Dans un reportage de 52 minutes intitulé Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme (Océan Invisible Productions), destiné à faire le point sur la conception psychanalytique de l’autisme, Sophie Robert recueille les conceptions de dix pédopsychiatres et psychanalystes, dont quelques-uns parmi les plus grands spécialistes français.
Trois des psychanalystes interviewés, appartenant à l’École de la Cause Freudienne, assignent Sophie Robert en justice et demandent de faire interdire la diffusion du film. Serait-ce qu’ils ne peuvent supporter de se voir à l’écran et de s’entendre sur ce sujet ?
Ainsi, profondément choquée par cette atteinte à la liberté de pensée et d’expression, j’ai contacté, dès le 13 novembre 2011, les contributeurs au numéro hors-série de Science et pseudo-sciences, intitulé Psychanalyse : les dessous du divan, que j'avais coordonné. Ils partageaient mon sentiment. De fil en aiguille, de relations en amis, une liste d'une trentaine de personnes s'est constituée qui a donné naissance, le 7 janvier 2012, à un groupe de réflexion sur le thème des pratiques thérapeutiques pour les enfants autistes, afin de les faire évoluer malgré la résistance de nombre de psychanalystes, ainsi que sur le thème plus général des pratiques psychothérapeutiques et de la nécessité de leur évaluation. Ce groupe s’intitule Lesmuriens, en référence au reportage de Sophie Robert, qui a été interdit de diffusion par jugement du 26 janvier 2012.
Le groupe s’est depuis enrichi de nombreux professionnels de la santé, psychiatres et psychologues, auxquels se sont associés des enseignants, des chercheurs et des représentants des associations de parents d’enfants autistes.
A ce jour, le 8 mars 2012, ce groupe de réflexion compte 40 membres. Il entend envisager d’autres champs que ceux des pratiques freudiennes, kleiniennes et lacaniennes.

Un KOllectif du 7 janvier s’est formé à partir du groupe des Lesmuriens. Il se propose de renforcer la médiatisation de cette action par tous les moyens possibles : manifestes, sites, blogs, etc.
Il est à l’origine du Manifeste pour une psychiatrie et une psychologie basées sur des preuves scientifiques, publié le 7 mars 2012

Brigitte Axelrad