Veuillez vous identifier pour accéder à la partie privée de ce site :



 L’Association Française pour l'Information Scientifique du Languedoc-Roussillon (AFIS-LR) vous convie à assister à la 5ème édition des « rencontres pour l'information scientifique », sur le thème

 Affiche

Les ravages des faux souvenirs

ou

la mémoire manipulée en thérapie

 

Vendredi 17 mai 2013 à 19h - CORUM de MONTPELLIER

Salle du Belvédère (entrée sur la gauche ou par l’ascenseur face au tram)

- Entrée libre et gratuite -

L'intervenante, Brigitte Axelrad, est professeur honoraire de Philosophie et de Psychosociologie. Elle a enseigné la Psychologie à l’Université Stendhal de Grenoble. Elle est l'auteur du livre « Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée » paru en septembre 2010 aux éditions Book-e-book.

 

Aux États-Unis, puis en France, certaines personnes adultes ont, au cours d’une psychothérapie, retrouvé des souvenirs d'abus sexuels subis pendant leur enfance.

Plusieurs d’entre elles se sont ensuite rendu compte que les évènements remémorés ne s'étaient jamais vraiment produits et que ces souvenirs étaient donc de faux souvenirs. Dès lors, deux camps ont émergé :

  • d'une part, des psychothérapeutes qui soutiennent que ces souvenirs sont vrais et que ceux qui pensent le contraire sont en déni ;
  • d'autre part, des scientifiques, souvent spécialistes de la mémoire, qui pensent que cette dernière est malléable et que, par conséquent, tous les souvenirs retrouvés d'abus sexuels ne sont pas forcément vrais.

Un certain nombre de psychothérapeutes, qu’ils soient psychiatres, psychanalystes, psychologues ou autoproclamés, sont convaincus que les difficultés existentielles de leurs patients sont causées par des traumatismes subis dans l’enfance, qui auraient été refoulés, et qu’il faut retrouver grâce à la thérapie pour guérir.

Mais le constat est que cette conception erronée, au lieu de conduire vers la guérison, provoque des ravages chez les patients et leurs familles.